accueil les thèmes méthodes participer ? contact
tu es le
ème visiteur. Merci !


Pour les développés du bulbe, dont je ne doute pas un instant que tu en fasse partie, voici une classification très détaillée des nuages avec explications.
Cette partie, très complète, s'adresse à des "avertis" comme l'on dit pudiquement, ou à ceux et celles qui veulent avoir des explications très précises sur un point particulier de la classification et/ou la description des nuages.

SOMMAIRE DE CETTE PAGE

retour haut de page

- généralités

- les dix genres de nuages

- formation générale des nuages

- classification générale des nuages

    > introduction

    > aspect

    > classification générale

         * cirrus

         * cirrocumulus

         * cirrostratus

         * altocumulus

         * altostratus

         * stratocumulus

         * stratus

         * cumulus

         * cumulonimbus

    > classification selon l'altitude

    > classification selon le genre

         * cirrus

         * cirrostratus

         * cirrocumulus

         * altostratus

         * altocumulus

         * stratus

         * stratocumulus

         * cumulus

         * cumulonimbus

         * nimbostratus

    > classification selon l'espèce

    > classification selon la variété


         

 Généralité
    Qu'est ce qu'un nuage : Les nuages sont constitués de minuscules gouttelettes d'eau ou de cristaux de glace (1 à 100 microns de diamètre). Ces éléments sont dus à la condensation obtenue notamment par détente de la vapeur invisible toujours contenue dans l'atmosphère autour de minuscules impuretés appelées noyaux de condensation (cristaux de sel marin, pollens, poussières).
    Les gouttelettes et cristaux ont une vie dans le nuage; ils peuvent s'évaporer et se reformer. Leur vitesse de chute, de l'ordre du millimètre par seconde, est imperceptible au sein de l'agitation de l'air nuageux. La quantité d'eau condensée est faible, de l'ordre du gramme par mètre cube d'air, et ne représente qu'une faible partie de l'eau atmosphérique, le reste étant constitué par la vapeur d'eau présente dans le nuage.
 Les dix genres de nuages
    Bien que les nuages soient en perpétuelle évolution, il est possible de définir un nombre limité de formes caractéristiques permettant de les classer. La classification des nuages est basée sur l'existence de dix groupes, appelés ''genres'', qui s'excluent mutuellement mais comportent des subdivisions en ''espèces'' et en ''variétés'', parfois communes d'un genre à l'autre.
    Chacun des divers processus de formation donne  des formes particulières et se trouve donc indirectement pris en compte dans la classification. Il en est de même pour l'altitude. L'altitude d'un genre nuageux est fortement influencée par la structure thermique de l'atmosphère. Elle varie donc avec la latitude, la saison, la situation météorologique et même l'heure de la journée, mais l'étagement relatif des différents genres est immuable.
    Les nuages les plus élevés, qui occupent l'étage supérieur de la troposphère sont constitués de cristaux de glace (préfixe: Cirr ou Cirro) et comprennent les genres Cirrus, Cirrocumulus et Cirrostratus.
    Ceux de l'étage moyen (préfixe: Alto), généralement constitués de gouttelettes d'eau, parfois de cristaux de glace, comprennent les Altocumulus et Altostratus, et le Nimbostratus. L'Altostratus peut pénétrer dans l'étage supérieur; le Nimbostratus déborde généralement dans les étages supérieur et inférieur.
    A l'étage inférieur, on trouve les genres Stratocumulus et Stratus, nuages bas.
    Enfin, les Cumulus et Cumulonimbus, nuages d'instabilité qui ont généralement leur base dans l'étage inférieur, peuvent monter à travers les deux autres étages. Ils sont en éléments séparés, ayant l'aspect de monceaux, de montagnes ou de tours dont l'extension verticale peut être comparable à l'extension horizontale.
    La majeure partie de la masse de ces nuages est constituée de gouttelettes d'eau, mais la partie supérieure des Cumulonimbus et de certains Cumulus, qui peut atteindre 8 à 13 km d'altitude et parfois bien plus  (15 à 20 km dans les régions tropicales) est formée de cristaux de glace.
 Formation générale des nuages
    Tous les nuages, associés ou non à des perturbations, qui voyagent dans le ciel des plaines, se retrouvent sur les reliefs. D'autres, cependant, sont spécifiques à la montagne, ou du moins les processus physiques à l'origine de leur formation.
    En rencontrant les pentes, l'air est forcé de s'élever. Ce mouvement s'accompagne d'un refroidissement parce que la pression diminuant, l'air se détend. Le froid ainsi créé peut conduire, quand l'humidité est suffisante, à la formation de nuages ou bien à l'épaississement de ceux qui existaient déjà. Si le nuage devient épais (à cause d'une ascendance puissante, par exemple)  il condense en pluie ou en neige. Ainsi le soulèvement de l'air sur les versants exposés "au vent" est fréquemment une cause d'aggravation locale du temps.
    Par journée ensoleillée, d'autres ascendances s'organisent, thermiques celles-ci. Les brises de pente transportent en altitude l'humidité des plaines et des vallées. Selon la quantité de vapeur d'eau portée par ces brises, la plus ou moins grande sécheresse des couches moyennes et supérieures - c'est-à-dire de 3 000 à 7 000 mètres -, leur structure, stable ou instable, ou bien il ne se passe rien, et le ciel reste clair, ou bien se forment des "cumulus", amas nuageux blancs insignifiants ou puissants dont la surface supérieure moutonnée traduit les bouillonnements internes, ou bien encore, en été essentiellement, jaillissent de gigantesques et inquiétantes tours, coiffées de leurs "enclumes" : les "cumulo-nimbus", porteurs de toute la violence de la nature en colère.
    A l'opposé, quand l'atmosphère se stratifie en couches stables, des nappes de nuages s'étalent sur des milliers, voire des millions de kilomètres carrés. Les inversions de température, caractéristiques d'automne et d'hiver, sont souvent à l'origine de telles configurations : des brouillards, du "stratus" ou du "strato-cumulus", formés dans l'épaisseur de la couche froide ou à son sommet, restent prisonniers de cette structure qui interdit tout brassage vertical, donc toute évolution, et peut persister des semaines durant. Alors les versants et les sommets émergent de la "mer de nuages" dans une atmosphère limpide et douce.
    Parfois, lorsqu'un grand vent souffle en altitude, certains pics isolés (Cervin, Aiguille Verte et Drus) "fument". Un panache de nuage s'accroche "sous le vent", créé par les remous d'air dans le sillage de la cime.
    A l'approche d'une perturbation, ce sont les monts massifs aux formes arrondies, qui se signalent par la présence, au-dessus ou à leur sommet, de nuages en capuchons, en soucoupes renversées ("l'Ane" pour le Mont-Blanc). Plusieurs nuages semblables peuvent aussi se superposer ( les "piles d'assiettes"), témoins d'une stratification particulière de l'atmosphère (stable et feuilletée en tranches d'humidité différente.)
    D'une manière plus générale , l'air soulevé par un massif cherche, la crête passée, à revenir à son niveau initial. Mais comme l'atmosphère, en état stable, est un fluide élastique, il se formera, sur des dizaines de kilomètres derrière le sommet, des mouvements ondulatoires. Les plages d'ascendance se concrétisent par des nuages en forme de lentille ("alto-cumulus" lenticulaires) séparés par des intervalles de ciel clair, ou peu nuageux.
 Classification générale des nuages

Introduction
    Les nuages peuvent être classifiés en fonction de plusieurs facteurs. Une classification générale et précise de chaque type de nuage permet ainsi l'observateur à identifier les nuages dans le ciel.
    La première classification aurait été tentée par le naturaliste Lamarck, mais elle  fût rapidement remplacée par celle de Luke Howard en 1803.
    Il y a eu beaucoup  d'autres chercheurs qui ensuite ont ajoutés d'autres éléments à cette classification toujours utilisée aujourd'hui et publiée par l'Organisation météorologique mondiale.
Aspect
    L'aspect d'un nuage, c'est-à-dire sa forme, sa texture, sa transparence, son opacité, ses couleurs, dépend:
         > de la nature et de la densité de ses constituants. Les contours tranchés indiquent en général la présence de gros éléments, la transparence est l'indice d'un contenu en matière condensée faible; I'opacité caractérise l'épaisseur du nuage, une structure fibreuse et diaphane est le fait de fins cristaux de glace.
         > de la configuration des mouvements atmosphériques au sein du nuage, qui eux- mêmes sont tributaires de la stabilité de l'atmosphère. Une atmosphère stable ne permet que des mouvements horizontaux, les formes nuageuses sont étalées; une atmosphère instable autorise les mouvements verticaux qui entraînent les formes globulaires.
         > de l'éclairage auquel le nuage est soumis: éclairage direct par un soleil plus ou moins bas sur l'horizon, éclairage diffusé par d'autres éléments nuageux, diffusion de l'air atmosphérique ou réflexion sélective du sol. Les positions relatives de l'observateur, du nuage et des sources éclairantes ont un rôle essentiel.
    La coloration des nuages ne dépend pas de propriétés spécifiques des éléments du nuage. Les colorations cuivrées sont dues à des éclairages dépouillés des radiations absorbées par la diffusion atmosphérique; les teintes bleutées sont dues au contraire, soit à un éclairage diffusé, soit, pour les nuages lointains, à la contribution de la lumière reçue par diffusion de la tranche d'atmosphère située entre l'observateur et le nuage.

classification générale

cirrocumulus
en savoir plus
altostratus
en savoir plus
altocumulus
en savoir plus
stratocumulus
en savoir plus
cumulonimbus
en savoir plus
cirrostratus
en savoir plus
 Classification selon l'altitude
    Les nuages se situent dans la troposphère, c'est à dire entre 0km et 10km d'altitude. A 10km, les nuages sont plutôt formés de glace ce qui peut leur donner un aspect fibreux et blanchâtre. Cette classification est la plus généraliste qui soit.
 Classification selon le genre
    Le genre dans une taxinomie est le regroupement d'espèces. La classification des nuages par le genre repose avant tout sur leur forme générale.
 Classification selon l'espèce
    Il s'agit de la nature propre à plusieurs choses. Cela permet de les considérer comme appartenant à une catégorie distincte.
    Ainsi, l'espèce d'un nuage est plus précise que son genre. Dans le but d'affiner la classification des nuages, ces derniers sont regroupés selon leur espèce. On dénombre 14 espèces de nuage.
 Classification selon la variété
    Caractère d'un ensemble formé d'éléments variés. Une variété est une subdivision de l'espèce.
    Donc, une variété est encore plus précis qu'une espèce. Les variétés de nuages sont des variations mineures de la forme du nuage. On compte 9 variétés.
cirrocumulus
en savoir plus
cirrostratus
en savoir plus
altostratus
en savoir plus
altocumulus
en savoir plus
stratocumulus
en savoir plus
cumulonimbus
en savoir plus
nimbostratus
en savoir plus

http://www.alertes-meteo.com/nuages/resume.htm

signer le Livre d'Or, merci !