accueil méthodes thèmes exeptionnel contact


Les constellations

plan du site

plan du site tout sur les constellations…
sans que tu n'es jamais osé le demander !


Alors, comme ça, tu t’interesses aux constellations ? 
C’est bien mon petit… 
Bon. Mais, c’est quoi une constellation ?
Comme d’habitude dans mon site sur le Ciel, le sujet est traité de deux façons :
    - la première se trouvant dans la colonne de gauche et écrite en marron pour ceux qui n’aurait pas trop de temps à consacrer au sujet mais veulent en savoir l’essentiel. Il s’agit là ainsi d’explications simplifiées.
    - pour les développés du bulbe (dont tu fais parti, j’en suis sûr !) et surtout qui ont plus de temps à consacrer au sujet, ils trouveront leur bonheur dans la colonne de droite et écrite en bleue. Il s’agit là ainsi d’explications nettement plus complètes.

C’est ainsi que sont traités tous les sujets de ce site…

Une constellation est un ensemble d'étoiles dans la voûte céleste que les hommes ont reliés par des lignes imaginaires pour créer une forme quelconque.  

Les constellations paraissent être regroupées dans le ciel nocturne mais elles sont ordinairement très dispersées dans l'espace tridimensionnel. On a l’impression de les voir dans le même plan, mais elles sont très éloignées les unes des autres dans les trois dimensions de l’espace.


Les constellations représentent un mode archaïque de repérage des astres. Aujourd'hui aucun astronome n'y recourt, et beaucoup ne sauraient certainement pas les reconnaître. Cependant, elles recouvrent la totalité du ciel.


Cependant, pour celui qui regarde le ciel comme un loisir, il reste intéressant de les connaître. Elles fournissent encore le moyen le plus facile de s'y retrouver. Et surtout, elles conservent une grande importance de par l'imaginaire qu'elles ont reflété au cours du temps, et qu'elles ont parfois nourri en retour.


Elles sont au nombre de 88 (voir liste des 88 constellations). Parmi elles, 48 étaient connues des anciens Grecs, et les 40 autres ont été ajoutées après 1600. Ainsi tout point du ciel appartient à une constellation et à une seule.


Les constellations sont regroupées en trois parties, divisant le ciel en suivant plus ou moins les deux hémisphères terrestres : les constellations boréales, zodiacales et australes, selon leur position sur la sphère céleste.

La rotation terrestre entraîne un mouvement des constellations autour des pôles nord et sud célestes, alignés avec l'axe de rotation terrestre.

Selon la latitude de l'observateur, l'heure du jour et la période de l'année, les constellations se lèvent à l'horizon Est et se couchent à l'horizon Ouest, tout comme le Soleil. Les constellations qui ne passent jamais sous l'horizon sont appelées circumpolaire. Plus l'observateur est situé près des pôles, plus il a accès à des constellations circumpolaire.

Une constellation est un ensemble d'étoiles dans la voûte céleste que les hommes ont reliés par des lignes imaginaires pour créer une forme quelconque.  

Utilisées au cours de l'histoire pour le repérage céleste et terrestre ainsi que comme représentations mythologiques, les constellations paraissent être regroupées dans le ciel nocturne mais elles sont ordinairement très dispersées dans l'espace tridimensionnel. On a l’impression de les voir dans le même plan, mais elles sont très éloignées les unes des autres dans les trois dimensions de l’espace.


Les constellations représentent un mode archaïque de repérage des astres. Aujourd'hui aucun astronome n'y recourt, et beaucoup ne sauraient certainement pas les reconnaître. Cependant, elles recouvrent la totalité du ciel.


Cependant, pour celui qui regarde le ciel comme un loisir, il reste intéressant de les connaître. Elles fournissent encore le moyen le plus facile de s'y retrouver. Et surtout, elles conservent une grande importance de par l'imaginaire qu'elles ont reflété au cours du temps, et qu'elles ont parfois nourri en retour.


Les constellations sont aujourd'hui des zones de la sphère céleste délimitées selon certaines conventions (adoptées dans les années 1930). Ces zones, de formes et de dimensions diverses, constituent une partition qui recouvre la totalité du ciel. Elles sont au nombre de 88 (voir liste des 88 constellations), selon les choix arrêtés par l’Union astronomique internationale (UAI) en 1930. 48 étaient connues des anciens Grecs, et les 40 autres ont été ajoutées après 1600. Ainsi tout point du ciel appartient à une constellation et à une seule.


Une constellation est généralement plus complexe qu'un astérisme, qui peut représenter une partie d'une constellation ou appartenir à plusieurs constellations.

Les constellations sont regroupées en trois parties, divisant le ciel en suivant plus ou moins les deux hémisphères terrestres : les constellations boréales, zodiacales et australes, selon leur position sur la sphère céleste.

Le nombre des étoiles est si considérable, à ne parler même que de celles que l'on voit à l'oeil nu, qu'il eût été sans doute bien difficile d'attribuer un nom à chacune d'elles. Quelques unes, en général les plus brillantes portent des noms qui sont souvent d'origine arabe. Quand il s'est agit de classer les astres d'un éclat moindre, on a eu recours à un mode de classification fondé sur la notion de constellation.

Dans ce système dont les bases remontent aux travaux du cartographe céleste Bayer, chaque étoile possède un nom en deux parties :

Ainsi, par exemple, Aldébaran (qui signifie en arabe la suivante, parce qu'elle "suit les Pléiades") s'appelle-t-elle aussi Alpha du Taureau, ou, plus officiellement, Alpha Tauri. Tauri étant le génitif de Taurus, nom latin de la constellation. la seconde étoile la plus brillante de la constellation est Bêta Tauri (Nath), etc...

Ce système, qui ne concerne que les étoiles visibles à l'oeil nu (pour les autres on utilise des numéros de divers catalogues stellaires) a connu depuis Bayer un certain nombre d'aménagements et souffre aussi de nombreuses exceptions.

La rotation terrestre entraîne un mouvement des constellations autour des pôles nord et sud célestes, alignés avec l'axe de rotation terrestre. Dans l'hémisphère nord, le pôle coïncide avec la position de l'étoile polaire et dans l'hémisphère sud, avec σ Octantisnote 2. C'est pourquoi sur les cartes célestes de l'hémisphère nord telles la carte du ciel mobile, l'étoile polaire figure au centre.
















Selon la latitude de l'observateur, l'heure du jour et la période de l'année, les constellations se lèvent à l'horizon Est et se couchent à l'horizon Ouest, tout comme le Soleil. Les constellations qui ne passent jamais sous l'horizon sont appelées circumpolaire. Plus l'observateur est situé près des pôles, plus il a accès à des constellations circumpolaires.

Ainsi, pour la plupart des observateurs de l'hémisphère nord, des constellations telles la Petite et la Grande Ourse, Cassiopée, Céphée et le Dragon sont circumpolaire. À l'inverse, d'autres constellations, cachées le jour par le Soleil et couchées la nuit, ne sont visibles qu'en certaines saisons, comme Orion, visible en hiver, la Lyre, visible en été, le Lion, au printemps, ou encore Andromède, visible en automne.

Comme pour tous les objets visibles du sol terrestre, les constellations changent légèrement de position avec le temps en raison de la précession des équinoxes (lent changement de direction de l'axe de rotation de la Terre).


explications simplifiées

explications complètes

UN PEU D’HISTOIRE


Le manque de documents historiques rend difficile la détermination de l'origine précise des plus anciennes constellations occidentales. Il semble que le Lion, le Taureau et le Scorpion existaient déjà (pas forcément sous ces noms) en Mésopotamie vers 4 000 av. J.-C. (ils n'étaient pas en retard, déjà à cette époque !) L'une des plus anciennes représentations picturales se situe sur un vase grec datant de 625 avant Jésus-Christ.


Près de la moitié des constellations modernes proviennent des astronomes grecs. Homère mentionnait Orion dans l'Odyssée dès le IXème siècle av. J.-C. Le Zodiaque apparaît vers le Vème siècle av. J.-C., divisé en douze constellations.

Aratos de Soles fixa au IIIème siècle l'essentiel des noms de constellations repris par Ptolémée.


















Dessin de la constellation de Céphée dans un

manuscrit des poèmes d'Aratos du IXème siècle


C’est donc Claude Ptolémée qui établit la compilation exhaustive de constellations la plus ancienne que l'on connaisse. Elle remonte au IIème siècle.

Il groupa 1 022 étoiles en quarante-huit constellations dans son Almageste (tu peux le télécharger en cliquant ici. Il y a 611 pages, mon frère !). Cette œuvre sera la base de travail des astronomes occidentaux jusqu'à la fin du Moyen Âge. Elle ne comprend cependant que des étoiles visibles d'Alexandrie où Ptolémée faisait ses observations.

UN PEU D’HISTOIRE


Le manque de documents historiques rend difficile la détermination de l'origine précise des plus anciennes constellations occidentales.

Il semble que la constellation du Lion, du Taureau et du Scorpion existaient déjà en Mésopotamie vers 4 000 av. J.-C. (ils n'étaient pas en retard, déjà à cette époque !)


Près de la moitié des constellations modernes proviennent des astronomes grecs. Homère mentionnait Orion dans l'Odyssée dès le IXème siècle av. J.-C. Le Zodiaque apparaît vers le Vème siècle av. J.-C., divisé en douze constellations.


C’est Claude Ptolémée qui établit la compilation exhaustive de constellations la plus ancienne que l'on connaisse. Elle remonte au IIème siècle.

Il groupa 1 022 étoiles en quarante-huit constellations dans son Almageste. Cette œuvre sera la base de travail des astronomes occidentaux jusqu'à la fin du Moyen Âge. Elle ne comprend cependant que des étoiles visibles d'Alexandrie où Ptolémée faisait ses observations.












Dessin de la constellation de Céphée dans un

manuscrit des poèmes d'Aratos du IXème siècle

aller à la liste des constellations

aller à la liste des constellations











Dessin des constellations de l'hémisphère sud, 1661

Les constellations australes, dessinée par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603

Planisphère des étoiles australes dressées par Mr l'Abbé de la Caille, Atlas Coelestis, 1776

COMMENT SE REPÉRER DANS LE CIEL

À L'AIDE DES CONSTELLATIONS ?

Ah ah, ça te titille mon frère !

Et ben…t'as bien raison de vouloir le savoir.

Mais pour cela c'est à la page suivante, donc

clique ici











Dessin des constellations de l'hémisphère sud, 1661

Les constellations australes, dessinée par Johann Bayer dans son Uranometria en 1603

Planisphère des étoiles australes dressées par Mr l'Abbé de la Caille, Atlas Coelestis, 1776

COMMENT SE REPÉRER DANS LE CIEL

À L'AIDE DES CONSTELLATIONS ?

Ah ah, ça te titille mon frère !

Et ben…t'as bien raison de vouloir le savoir.

Mais pour cela c'est à la page suivante, donc

clique ici

aller à la liste des constellations

signer le

Livre d'Or

livre-or-introduction